Programme Re-acciona

ITC Galice a de nouveau été choisie en tant que cabinet de conseil chargé de la relance commerciale dans le cadre du programme RE-ACCIONA, lancé en 2012 par IGAPE- l’Institut Galicien de Promotion Economique.

Etant un cabinet spécialisé en conseil commercial stratégique mais aussi un appui dans la partie opérationnelle du département commercial, notre objectif est d’aider les PME galiciennes à optimiser leurs ressources et rentabiliser leurs actions commerciales tant au niveau national qu’international.

Nous les aidons à accroitre les ventes et le nombre de clients, à cibler les marchés étrangers et nous les assistons dans la recherche de distributeurs, d’agents commerciaux et de clients directs en Espagne et à l’étranger. Jusqu’à aujourd’hui, plus de 150 PME galiciennes nous font confiance. Grâce à notre service, nous espérons en aider encore beaucoup d’autres !

Consolidation de la Biorégion de Catalogne selon le rapport Biocat 2015

BioCat 300x64

ITC forma parte, desde el pasado mes de mayo, del directorio de empresas del sector ciencias de la salud, Biotech y Medtech.

L´entité qui coordonne et dynamise le secteur des sciences de la santé et de la vie en Catalogne, Biocat, a récemment présenté un rapport où il analyse l´évolution positif de la bio Région entre 2013 et 2015.

Plusieurs indicateurs démontrent comment la création de 75 nouvelles entreprises,  ajoutées à  ceux qui existent déjà, donnent  un total de 734 entreprises et 89 centres de recherche dans ce secteur. Cela place la Catalogne parmi les 4 pays européens avec le plus d´entreprises du secteur de la santé par habitant. Ces entreprises facturent 24% comparé au précédent rapport dépassant 14.000 millions d’euros en 2014 et créant des emplois pour 42.000 personnes. Ces améliorations ont été réalisées, même si l’investissement public et privé dans la R&D a chuté de près de 11% ces dernières années.

Un autre aspect à être souligné est l’excellence scientifique de la BioRégion qui contribue 0,99% à la production scientifique mondiale tout en étant le deuxième pays de l’UE en nombre des aides accordées par le Conseil européen de la recherche (ERC).

ITC fait partie, depuis mai dernier, du répertoire des entreprises du secteur des sciences et de la santé, Biotech et Medtech. Son vaste expérience dans ce domaine est due à  la réalisation de différentes études de marché, à la recherche de partenaires pour les entreprises dans le secteur ou le soutien offert des subventions à travers SME INSTRUMENT HORIZON 2020 de l’Union européenne, entre autres.

Exporter en France : trouvez votre agent commercial et/ou votre distributeur

Cómo exportar a Francia agentes comerciales distribuidores ITC 300x169

Journée organisée par Aragón Exterior sur « Comment exporter en France »

La France est la première destination des exportations en provenance d’Aragon et représente bien évidemment un marché qui suscite de l’intérêt non seulement pour sa proximité mais également pour son attractivité. Cependant, comment développer une bonne stratégie de commercialisation ? Est-il plus judicieux de passer par un distributeur, un agent commercial ou d’utiliser ses propres ressources ? Avec la collaboration d’Ibercaja et la présence de Júlia Farré, consultante internationale pour ITC, Aragón Exterior avait organisé un déjeuner la semaine dernière en compagnie d’Arex Network. Le but de cette rencontre était d’exposer aux entreprises aragonaises les particularités attendues chez un agent commercial en France, mais aussi où trouver un agent répondant le mieux à nos besoins et la manière dont il est possible d’estimer le succès de la relation.

Le profil de l’agent en France :

Júlia Farré Fernández, consultante associée chez International Team Consulting et collaboratrice d’Aragón Exterior, était chargée d’exposer le profil de l’agent commercial en France et de donner quelques astuces pour trouver le candidat idéal. « Tout comme dans les autres pays, en Espagne l’agent commercial est une personne indépendante, multicarte et percevant des commissions. Evidemment, il y a aussi bien des avantages et des inconvénients à travailler avec ce genre de professionnel. Nous ne pouvons pas attendre la même chose de cet agent que d’un commercial qui travaillerait dans notre entreprise ; par exemple nous ne pouvons pas lui demander de rendre des rapports hebdomadaires chaque vendredi » a-t-elle souligné.

Farré : « Un agent commercial ne peut pas s’occuper de toute la France, nous devons donc clairement comprendre que son champ d’action se limitera à un espace territorial ». L’agent commercial détient-il le profil nécessaire permettant à mon entreprise de s’introduire sur le marché français ? « Non pas toujours, en effet les produits ne correspondent pas tous au profil de l’agent commercial et parfois il est nécessaire de faire appel à une centrale d’achat ou à un distributeur. Un agent commercial ne peut pas s’occuper de toute la France, nous devons donc clairement comprendre que son champ d’action se limitera à un espace territorial », a expliqué Farré.

De la même manière, Farré a également mis en avant les éléments qui différencient un agent commercial d’un distributeur et elle a montré lequel des deux pouvaient répondre le mieux aux besoins de notre entreprise, le tout compte tenu du point de vue de ses connaissances.

D’autres points ont également été abordés lors de cette journée tels que : les facteurs pour évaluer les candidats, comment mener à bien le contrat d’agence et de distribution en France, et les trois éléments clés pour assurer le succès de la relation.

Pour plus d’informations sur comment exporter en France, n’hésitez pas à contacter :

Júlia Farré
Consultante associée chez International Team Consulting

Exporter au Etats-Unis: Le TTIP depuis la perspective européenne

exportar a Europea.TTIP  300x175

El TTIP est un traité de libre-échange soutenu par la Commission européenne et les entreprises européennes qui cherchent à faciliter les exportations entre l’Europe et USA.

Depuis juin 2013, la commission européenne, le gouvernement américains et les grands lobbies industriels se sont réunies pour négocier les conditions d´un accord transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP), un nouvel accord a fixé un objectif de faciliter les échanges entre les deux territoires qui représentent 60% du PIB mondial et un marché de 800 millions de consommateurs. Au cours de la visite d’Obama en Europe le mois d’Avril dernier, selon les négociateurs, de grands progrès ont été accompli dans des domaines tels que les pratiques réglementaires, les petites et moyennes entreprises, ou la levée des tarifs douaniers. Sur ce dernier point, les différentes parties ont échangé des offres pour libéraliser tôt ou tard 97% des lignes tarifaires, sans toucher au 3% restants, relatif aux produits les plus sensibles, principalement agricoles.

L’agriculture demeure l’un des aspects les plus complexes de la négociation, non seulement pour les droits de douane, mais aussi pour d’autres questions telles que les normes en matière de sécurité alimentaire ou les systèmes de protection des indications géographiques. Les États-Unis, par exemple, voient leur mécanisme le plus approprié et qui résiste à assumer les exigences que l’Union européenne lui soulève dans ce domaine. La prochaine rencontre aura lieu cet été sur le territoire européen et cherchera à continuer de finaliser le texte de l’accord dans la plupart des domaines possibles.

Avec la difficulté technique des négociations, les États-Unis et l’UE, il faut faire face à une forte opposition de divers secteurs de la société. De nombreuses organisations dénoncent le traité comme une négociation sombre, opaque et plein de contreparties sociales, environnementales et culturelles douteuses.

Alors que l´Administration nord-américaine, souligne que, bien que le débat politique de plus en plus, les sondages montrent que la plupart des Américains sont en faveur du libre-échange, la Fondation Bertelsmann souligne que seulement 17% des Allemands soutiennent aujourd’hui ce traité, contre 55% qui l´ont fait en 2014.

La dernière étude de l´américain Pew Research Center sur l´image des Etats-Unis dans le monde a démontré aussi que l´Allemagne est le pays européen qui a plus de réticence contre les USA.  45% des allemands sont « Défavorables », contre 27% des français et espagnoles.

Remo Korteweg, chercheur au Centre for European Reform de Bruselas, a mis en garde récemment dans un débat à Londres, le prix pour l´approbation du TTIP pourrait être une Union européenne “plus vulnérable, plus fragmenté et à un risque accru de croissance de l’anti-américanisme et de l’opposition à l’ouverture des marchés”

En outre, s´ajoute la filtration de Greenpeace qui dénonce le déclassement des États-Unis dans la réglementation communautaire en matière de  santé ou d’environnement.

La situation est donc complexe. Si dans les prochains mois, les principales différences ne sont pas résolus et que l’accord n´est encore pas signés avant la sortie d´Obama de la maison blanche, il sera très difficile de reprendre la discussion de TTIP dans l’avenir.

Nous vous recommandons le chapitre précédent: Exportation vers l’Europe: Le TTIP du point de vue américain.