Actualités

Le futur prometteur du Maroc  

Energias renovables en Marruecos

Le Maroc, un pays en pleine voie de développement

A ITC, nous nous intéressons aux pays qui, grâce à leur travail et volonté de progresser, offrent d’importantes opportunités commerciales à notre réseau d’affaires. C’est le cas du Maroc, un pays en plein développement, et qui fait partie des nations qui connaissent une croissance économique plus rapide. Selon la revue FDI Inteligence, il s’agit du pays africain au futur le plus prometteur, après l’Afrique du Sud. 

Ce développement n’est pas anodin : de nombreuses raisons font du Maroc une destination clé pour les affaires commerciales : son emplacement stratégique de par son accessibilité à l’Europe, et sa situation géographique lui permettant d’agir comme plateforme vers les autres marchés internationaux, en particulier l’Afrique du Nord et Occidentale.

Nous allons maintenant étudier les forces, les défis, les opportunités économiques, ainsi que les pratiques et considérations à prendre en compte pour une entrée au Maroc pacifique, stable, et au succès garanti.

Les forces

Le marché marocain bénéficie de points forts qui rendent attractif l’implantation d’entreprise sur son territoire: 

  • Un bon réseau de communications et de connexions au transport global
  • Accords de « ciels ouverts » avec l’Union Européenne, et des vols à bas prix vers de nombreux pays européens
  • Un secteur financier et bancaire puissant
  • Coûts salariaux concurrentiels
  • Avantages fiscaux : pas de restrictions sur le capital, et rapatriement des dividendes et bénéfices facilité
  • A obtenu un score élevé lors du rapport annuel de « Doing Business, Banc Mundial 2015”

Les défis

Malgré ses forces, le Maroc doit surmonter quelques défis :

  • La bureaucratie excessive.
  • Mauvaise application des lois.
  • Il a reçu un score négatif sur le baromètre global de corruption Corruption Perception Index.
  • La concurrence des partenaires commerciaux de l’UE et la concurrence croissante des pays en dehors de l’Union européenne.
  • Sensibilité aux prix du marché et le faible pouvoir d’achat des consommateurs.

Croissance potentielle

Le développement économique

Le Maroc a connu un progrès économique considérable ces dernières années. Ces dix dernières années, le Maroc a libéralisé son régime commercial et a renforcé son secteur financier.

Le produit intérieur brut (PIB) en 2011 était de 4.9%, il a baissé à 2,7% en 2012, a réaugmenté à 4,4% en 2013, et a perdu 2 points en 2014. Les prévisions sont à la hausse pour 2015, avec un PIB espéré de 4,9%.

L’agriculture reste une partie importante de l’économie. Elle emploie environ 40% de la population et représente jusqu’à 20% du PIB.

L’activité industrielle a connu une baisse dans les secteurs traditionnels comme l’exploitation minière et la construction, bien qu’il y ait eu une augmentation dans d’autres domaines tels que l’industrie automobile, la fabrication aérospatiale, chimique et agro-alimentaire.

Accords de libre-échange

Les négociations de libre-échange entre le Maroc et l’Union Européenne ont débuté en mai 2013. Ces accords comprennent des domaines non couverts par les accords antérieurs tels que les services et les marchés publics. Ils ont eu pour effet de simplifier les procédures douanières et une meilleure protection de l’investissement.

Opportunités commerciales entre l’Espagne et le Maroc

En général, tous les produits espagnols ont acquis une bonne image dans le territoire marocain, ce qui a permis à pratiquement tous les secteurs d’entreprises espagnoles de s’implanter au Maroc avec succès.

Les secteurs avec le plus d’opportunités commerciales son ceux impliquant des investissements publics financés par les banques internationales. Les marchés publics pour le traitement de l’eau ou les énergies renouvelables sont intéressants, non seulement pour les grandes entreprises qui reçoivent les enchères, mais aussi pour les petites et moyennes entreprises qui peuvent s’externaliser.

Malgré une forte concurrence, les autres secteurs intéressants pour le marché marocain sont ceux en rapport avec l’agriculture (systèmes d’irrigation, mécanisation), la construction et la fabrication de meubles.

D’autre part, nous croyons que les secteurs en rapport avec l’énergie, la sécurité, l’éducation et la formation, la construction et les infrastructures méritent une attention particulière.

L’énergie

Le Maroc poursuit une stratégie ambitieuse dans le développement des sources d’énergies renouvelables : prendre conscience des problèmes environnementaux et porter une attention particulière à la nécessité d’une efficacité de l’énergie. Le gouvernement marocain a donc pour objectif, à moyen terme, d’éviter de dépendre des énergies importées.

Environ 94% des besoins énergétiques en 2011 étaient importés, ce qui a permis d’importants débouchés commerciaux dans les secteurs suivants :

  • Les énergies renouvelables
  • L’efficacité énergétique
  • L’exploration des hydrocarbures
  • L’environnement, l’eau et la gestion des déchets
  • L’exploration du pétrole, des gaz et minéraux

La sécurité

La sécurité est une des priorités principales du Maroc. Certains des projets basés sur l’infrastructure, les sports et le tourisme sont les suivants :

  • La sécurité contre les incendies
  • Le contrôle de l’accès aux frontières
  • Matériel de vigilance et de détection
  • La technologie de l’image dans le domaine de la police

L’éducation et la formation

La demande en éducation et formation du Maroc par rapport aux pays européens, à tous les niveaux, est très importante. La formation professionnelle spécialisée dans toutes les industries croît et nécessite l’expérience des pays avec plus de connaissances tels que l’Espagne.

Les principales tâches à effectuer comprennent :

  • La scolarisation
  • L’apprentissage des langues
  • La création de partenariats académiques avec les universités. 

Construction et infrastructures

Le Maroc a pour prévu de mettre en place un grand nombre de projets qui pourraient représenter un enjeu important pour les entreprises espagnoles spécialisés dans les secteurs suivants :

  • Projets d’infrastructure urbaine et rurale
  • Construction de nouvelles autoroutes, routes, et chemins de fer
  • Programmes de développement du transport urbain et national
  • Améliorations des ports et aéroports
  • Construction de nouvelles villes et zones industrielles
  • Construction d’installations de loisirs, hôtels et resorts

Considérations à prendre en compte pour les Start-up

Les entreprises intéressées par l’implantation de leur activité sur le marché marocain peuvent choisir différentes stratégies d’internationalisation :

  • Exportation directe
  • Création d’entreprise
  • Contratation d’un distributeur ou un agent commercial
  • Création de coentreprise, fabrication sous contrat de licence, ou accords de sous-traitance

En tant que spécialistes de l’internationalisation, nous conseillons aux entreprises qui souhaitent s’exporter sur ce territoire de nommer un représentant local même si la stratégie choisie est l’exportation directe.

Considérations légales à prendre en compte

Avant de débuter toute activité au Maroc, nous devons obtenir l’avis des conseillers fiscaux et juridiques pour nous aider à établir les modalités les plus appropriées pour le commerce.

Travailler avec l’ADMI (Agence marocaine de développement pour l’investissement) peut aussi être d’une grande aide afin d’obtenir des informations détaillés concernant la législation régissant les brevets, les marques et les droits d’auteur propres au Maroc.

La propriété intellectuelle

Marques, dessins et modèles, brevets et droits d’auteur sont les principales formes de protection de la propriété intellectuelle disponibles pour les entreprises et les particuliers

Au Maroc, il est nécessaire de protéger une marque afin d’éviter le plagiat. Les entreprises peuvent solliciter la protection à travers l’Office marocaine de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC). Cet organisme propose aussi une information détaillée sur la législation qui régule les brevets, les marques commerciales et les droits d’auteur.

Les normes et règlements techniques

Les entreprises espagnoles peuvent recevoir des informations sur les règlements techniques à l’Institut Marocain de la Normalisation (IMANOR).

Considération fiscales et douanières à prendre en compte

L’autorité douanière marocaine est chargée de réguler toutes les marchandises importées sur le territoire marocain. La taxe d’importation dépend de plusieurs facteurs tels que le type de bien importé, ainsi que le pays d’origine.

Tous les produits importés doivent être déclarés à la douane si ils entrent sur le territoire par la route, l’air, la mer, ou par courrier postal. La plupart des produits peuvent être importés sans licence d’importation.

Les importations sont confrontées aux frais suivants :

  • Tarifs de douane, en fonction du produit à commercialiser
  • La taxe parafiscale à l’importation de 0,25%
  • La taxe de valeur ajoutée (TVA) de 20%. La TVA est appliquée à 7% ou 14% pour certains produits et services.

Documentation

Pour toutes les activités commerciales pratiquées au Maroc, les entreprises devront fournir les documents suivants :

  • Facture
  • Facture d’embarquement (bill of landing)
  • Documents d’importation et d’exportation
  • Certificats d’origines
  • Certificats bancaires pour les importations de dédouanement
  • Listing de la demande (packing list)

Comportement d’entreprise

Les langues officielles au Maroc sont l’arabe et le tamazight, mais la langue des affaires est le français. Même si de plus en plus de personnes dans un contexte commercial peuvent parler et lire l’anglais, il est conseillé de mener la correspondance et les négociations en français.

Il faut aussi prendre en compte de ne pas voyager au Maroc pour les affaires pendant le Ramadan, qui a lieu en juillet et août. 

Les conditions d’entrée au Maroc

Il est possible de voyager au Maroc sans visa pour une durée maximale de trois mois. Le passeport doit être valide pendant tout le séjour prévu dans le pays.

Toute personne qui souhaite travailler au Maroc aura besoin d’un visa de travail.

La page officielle de services publics du gouvernement marocain http://www.service-public.ma/en/web/guest/home est un outil très utile pour obtenir plus d’informations.

Source d’informations de cet article : www.ukti.gov.uk