Actualités

Le secteur de la mode en France résiste convenablement

Sector ropa i calzado en Francia 300x274

A ITC nous avons une large expérience en commerce international dans le secteur des vêtements et des chaussures.

L’industrie de la mode, qui inclue le prêt-à-porter, les chaussures, la lingerie et les accessoires a résisté convenablement à la crise tout au long de ces dernières années.

Malgré l’affaiblissement de l’économie, l’augmentation du chômage et la diminution des revenues des ménages, le secteur du prêt-à-porter et des chaussures a été témoin d’une légère augmentation de 0.08% entre 2009 et 2014.

Avec la hausse de l’âge moyen en France, les clients matures sont disposés à dépenser plus en produits de première nécessité et à surveiller à la loupe leurs dépenses. En revanche, le fait que le consommateur dispose d’une collection plus large de produits à bas prix a aidé à alimenter l’industrie de la confection et des chaussures.

La France, est d’un autre côté, une destination mondiale pour les vêtements de luxe et toute diminution des ventes de vêtement, en générale se verra compensée en grande partie par les ventes de vêtements de luxe, une catégorie stimuler par les touristes et les secteurs sociaux avec de hauts revenus.

Il est prévu qu’entre 2014 et 2019 le taux annuel des ventes de vêtements au détail en France croît de 0.6% et celui des chaussures de 1.2%.

En 2013, de fait, les français ont dépensé environ 28.3 millions d’euros en vêtements. C’est pour cette raison que nous pouvons affirmer que la mode continue d’avoir sa place sur le marché. Mais savons-nous pourquoi?

Principalement grâce au modèle de « franchise » qui se répand avec succès dans ce marché. La franchise offre une grande variété de nouveaux produits à bas prix découlant de l’optimisation de ses coûts logistiques de fabrication et de transport.

En 2013, le secteur de la mode, des chaussures et autres déclencha 356 chaînes (6 de plus qu’en 2012) arrivant à 3.410 franchises (439 de plus qu’en 2012) et atteignant une facture  de 4.5 millions d’euros (40 millions de plus qu’en 2012), selon les chiffres fournis par la Fédération Française des Franchises.

Selon les données de l’institut Français de la mode, cela fait 25 ans que le marché de la mode en France était dominé par des magasins qui vendaient au détail. Actuellement, ce model a changé complètement : les chaines des marques de vêtement spécialisées ont pris les devants  acquérant une participation dans le marché de 27%, suivit du commerce indépendant de vêtement avec 16,4%, les hypermarchés et supermarchés avec 13%, les grandes surfaces de vente de vêtement localisées en périphérie avec 12,1%, les catalogues de vente à distance (7,1%), les vêtements spécialisés dans le sport  (7%) et les grands magasins (5,7%). Le reste se repartit entre la vente en ligne et les marchés et les foires, des chiffres qui prouvent la grande transformation de ce canal de distribution tout au long de ces dernières décennies. Logiquement, cette rapide transformation ne tient pas compte des conséquences pour son propre marché : auparavant les produits suivaient une trajectoire descendante : du fabriquant au grossiste et du grossiste au détaillant. De nos jours, le processus est linéaire : créer, fabriquer et vendre. Ce nouveau modèle de fonctionnement « tout en un » a été crée uniquement pour accélérer le rythme des ventes. Les collections d’été et d’hiver ont été traduites en collections presque mensuelles. Manifestement, cette rénovation constante réveille les passions des amoureux de la mode, qui se convertissent, de fait, en grands promoteurs du secteur et influencent largement la baisse des prix.

De manière générale, les marques se sont développées en deux points : les chaînes dites périphériques spécialisées en grandes surfaces (Gemo, Kiabi, La Halle, Vet’Affaires) et les chaînes spécialisées dans les centres-villes et dans les centres commerciales (Camaïeu, Celio, DPAM, Zara, H&M…). A l’intérieur de ceux-ci deux approches, beaucoup ont opté pour l’hyperspécialisation (mode pour femme, enfant, homme…) tandis que d’autres vont s’adresser à toute la famille. Ces stratégies abordent de plus en plus les diverses demandes spécifiques des clients.

Tout au long de 2014 les marques franchisées de vêtements et de chaussure avec une meilleure croissance ont été Espíritu avec 1.000 nouvelles boutiques, Skechers avec 800, Sur Express avec 140, Aguila avec 80, Sepia avec 66, Mexx avec 40, Karl Marco John avec 40 et Labonal avec 4 nouveaux établissements.

A ITC nous avons une expérience étendue et approfondie dans le secteur de la mode en France et pour cette raison que notre équipe d’expert en commerce extérieur et exportation peut conseiller à nos clients quant à la meilleure entrée sur le marché, que se soit par les meilleurs agents commerciaux commissionnés du secteur, distributeurs ou par d’autres voies plus directes comme les chaînes, grandes superficies et boutiques spécialisées.

Source : Dominique André-Chaigneau, Toute la Franchise ©