Actualités

Marché des plats cuisinés en France

pre cooked food bin 274x300

ITC, en plus des études sur le secteur de l’entreprise vous aidera à choisir les marchés cibles les plus souhaitables pour vostre activités d’exportation.

Données générales et tendance du marché

Le marché total des plats pré-cuisinés en France représente près de 3 300 millions d’euros.

Au sein du marché des plats cuisinés, nous retrouvons la grande catégorie des plats conditionnés sous atmosphère protectrice, mais également la catégorie des plats déshydratés.

Les ventes de plats de plats pré-cuisinés conditionnés sous atmosphère protectrice ont connus en 2013, un déclin qui s’expliquer par un contexte de crise économique et le retour de la cuisine « fait maison ». Cependant, parmi toutes les catégories analysées, la celle ayant un tendance à la hausse (12,6%) est celle des plats déshydratés, ce qui suppose une valeur de 40 millions d’euros en 2014.

Ventes de plats cuisinés  conditionnés sous atmosphère  protectrice (platsappertisés) en 2013- évolution en volume y valeur entre 2012/13.

Facturation en million EUR Evolution valeur Volume en millier de pièces Evolution volume
Plats cuisinés 751,0 -3,2%
Plats français 329,9 -2,1% 80 656 -3,8%
Plats de monde 149,1 -4,1% 17 963 -3,7%
Plats à base de pâte 92,9 -11,0% 41 501 -11,8%
Plats exotiques 110,8 -2,4% 22 979 -5,0%
Plats déshidratés 40,4 12,6% 3 687 8,1%
Entrées 27,8 -5,5% 1 783 -6,5%

* Hypermarchés y supermarchés, en moyenne annuelle total le 25/08/2013

Source : IRI, LSA Hors série Epicerie, décembre 2013

On remarquera que la France importe plus de 500 millions d’euros de plats pré-cuisinés et que l’Espagne est son cinquième fournisseur avec près 38.000 millions d’euros de produits exportés (6,72% de importations  totales de cette catégorie). Les 4 premières places sont occupées par l’Italie, l’Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas.

Structure du marché

La taille des entreprises du secteur des plats pré-cuisinés en France est très variable. Il y a beaucoup d’entreprises régionales qui produisent des plats typiques de la région. Le groupe Fleury Michon est un leader sur le marché des plats pré-cuisinés individuels compte tenu de sa part totale sur ce marché selon IRI (Information Ressources, Inc.). Le deuxième plus grand groupe est LDC  qui possède  les Marque Marie et  Tradition d’Asie (ce groupe est le numéro un dans la catégorie de plats asiatiques).  Par rapport aux plats pré-cuisinés conditionnés sous atmosphère protectrice, ces derniers représente plus de la moitié de tous les plats pré-cuisinés

 Vendus à de Grandes et Moyennes surfaces en France. Ce secteur  a pour numéro un,  le groupe CCA (Financière Turenne-Lafayette) et ses marques William Saurin et Garbit. Configo avec les marques Raynal, Roquelaure et Zapetties est le numéro deux français du secteur.

La tendance du marché

Dans les 15-20 dernières années, le marché français a suivi les tendances mondiales de la demande et le comportement des consommateurs. Entre celles-là, nous avons pu identifier les suivantes : un moindre engagement à la cuisine traditionnelle et plus grande part consacrée au loisir et au temps libre (ce qui est lié à l’insertion des femmes de plus en plus dans le monde de travail d’où le manque du temps pour cuisiner); le fait de manger de plus en plus dans le lieu de travail et l’intérêt pour les plats “exotiques” telles que les lasagne, ravioli, la paella … qui continuent de figurer parmi les plats préférés des Français.
Cependant, selon une étude irlandaise, les Européens ont radicalement modifié leurs comportements alimentaires dans les 10 dernières années : en 2013 seule 48 % des personnes interrogées déclaraient consommer des plats pré-cuisinés contre 62% en 2005. A cela nous pouvons ajouter des repas sain et BIO, et le retour du repas « fait maison », chose qui est favorisés par la diffusion  de diverses campagnes de santé nationales et messages sanitaires télévisés.

A contrario, comme a pu le voir dans le précédant tableau, la catégorie des plats déshydratés et lyophilisés continue de croître ce qui se justifie également par une forte croissance de cette catégorie très prisées des sportifs et par le développement de la propre marque de la chaîne Décathlon.

La distribution et les centrales d’achat

Actuellement, dans le domaine de la distribution alimentaire, le marché est principalement dominé par les grands groupes de distribution (un hypermarché et un supermarché) et, dans une moindre mesure, par les magasins hard discount d’origine allemande tels que Lidl, Aldi et Norma.

Le rôle des centrales d’achats dans la distribution alimentaire est très significatif et celles-ci  acquièrent petit à petit  une plus grande ampleur. Ses fonctions principales consistent à étudier des produits, rechercher des fournisseurs et négocier les conditions d’achats. En France, ils existent des centrales d’achats qui approvisionnent les supermarchés et les hypermarchés  par rapport à leurs régions; Ainsi, il arrive souvent que des établissements de chaînes distinctes sont approvisionnés par la même centrale régionale.

Chaque centrale d’achat négocie l’acquisition totale ou partielle des références de l’une ou quelques chaînes. Chaque chaîne ou une centrale a sa propre procédure d’achat. En général, le système d’achats a trois phases : une reconnaissance du fournisseur, une référence du produit et une concrétion de la commande. Les délais de paiement des fournisseurs est de 60 jours, plus long qu’au Royaume-Uni ou en Allemagne mais plus court qu’en Italie ou en Espagne.

Les barrières Possibles d’entrée sur le marché français

En ce qui concerne les barrières commerciales et douanières, en ce qui concerne l’exportation à l’intérieur de l’Union Européenne, il n’y a pas de barrières proprement dites (des quotas, des tarifs, etc..). Cependant, on peut bel et bien affirmer qu’ils existent une série de spécificités qui peuvent être considérées comme des obstacles a fin d’intégrer el marché français, pour les entreprises espagnoles

Entre les dites barrières, nous pouvons détacher les éléments suivants :

  • la Difficulté de déplacement des fournisseurs existants.
  • La Rigueur dans l’accomplissement des exigences qui requiert le marché.
  • L’utilisation de moyens de paiement plus étendus en France : le chèque (pour des opérations intérieures) et le virement bancaire (60 jours pour des transactions internationales).
  • L’emploi de la langue française dans la communication : au moment d’établir des relations commerciales avec entreprises,  communiquer en français apporte un avantage stratégique important.
  • Le Développement et la publication de catalogues en français.
  • Un niveau Élevé d’information des acheteurs français : Ces dernier se trouvent avec  tant de nouvelles tendances du secteur et disposent d’une bonne connaissance de l’offre nationale et inclus.
  • L’importance de la logistique du transport
  • Identifier, sélectionner et occuper des niches de marché : Le marché français est un marché est à maturation et saturé; c’est-à-dire, qu’+une énorme concurrence existe et offre des aliments préparés.

Nous recommandons prendre  ces facteurs en compte au moment de préparer sa stratégie commerciale à l’entrée sur le marché français.

Il faut souligner que la France est le pays pionnier en ce qui concerne le marché MDD (une marque blanche) et dans beaucoup de cas les entreprises étrangères ont l’entrée  plus facile à travers de ce canal, si fort développé dans la Grande Distribution française. Évidemment, l’entreprise espagnole va  demander  à ce que  les normes de qualité en vigueur soient respectées, l’adaptation à la recette et au packaging du client,  mais, d’un autre côté, le fait d’entrer par le canal MDD signifie une économie  très importante au niveau  du marketing et de la promotion qui restent à la charge du client.
Par ailleurs, le packaging, dans n’importe quel cas, doit  être adapté non seulement aux réglementations de l’UE, mais aux réglementations strictes du marché français par rapport à la  langue (la Loi Toubon).

Salon professionnel:

SIAL–    Salon International de l’Agroalimentaire, www.sialparis.fr

Salon International de l’Agriculture, http://www.salon-agriculture.com/